Apnée de Sophie Torresi, théâtre, création collective

Reprise du spectacle à l’Université de Lille suivie d’un débat passionnant Philosophie & Ethique médicale

Nous avons terminé la saison dernière au Théâtre de La Verrière à Lille, et c’est à Lille que nous avons repris, ce jeudi 12 janvier 2023, mais à l’Université cette fois, dans l’accueillante salle de L’Antre-2.

Après une journée de montage et de réglages la veille, c’est une journée de répétitions et de raccords qui précède la représentation.

La salle est pleine, c’est une grande joie ! Des étudiants de toutes disciplines ont répondu présents : arts de la scène, philo, psycho, santé, lettres… Et du public extérieur à l’université également.

La représentation a été suivie d’un échange avec la salle, riche et stimulant, animé par Stéphane Zygart, docteur en philosophie, chargé d’enseignement à l’Université de Lille et à Sciences Po Lille, dont les recherches portent sur les rapports entre médecine et société, et par Grâce François, interne de neurologie au CHU de Lille, diplômé d’un master 2 en éthique médicale et bioéthique à l’Université Paris Cité.
Je les remercie tous deux très chaleureusement

Voici quelques uns des questionnements que nous avons partagés :

– Qu’est-ce qu’une bonne communication ?
– Sympathie, empathie, distance, quelle place pour l’émotion dans la relation médecin / patient ?
Comment font les médecins pour gérer leurs émotions ?
– L’annonce maladroite dont il est est question dans la pièce n’est-elle pas l’arbre qui cache une impossibilité structurelle de communiquer du fait du déséquilibre induit qui fonde la relation thérapeutique ?
– Est ce que la suite aurait été différente si l’annonce avait été faite de manière plus appropriée ?
– Diagnostic, thérapeutique, qu’est ce qui relève de la science, de la connaissance, de la pratique et de l’art dans la relation thérapeutique ?
– Comment articuler la statistique et l’individu ?
– Sentiment d’impuissance, désaveu, perte de confiance ? Pourquoi est-ce parfois si difficile pour un médecin d’accepter le désaccord d’un patient avec sa préconisation ?
– L’addition des incertitudes ne permettant pas d’aboutir à une certitude, comment gérer le risque ?
– Dans les cas complexes, la préconisation n’est-elle pas le résultat d’un pari, et quid de la légitimité de ce pari ?

Les échanges denses et nourris, se sont prolongés tard…

Un grand merci à la Direction de la Culture de l’Université de Lille et tout particulièrement à Benoit Blanc son directeur, pour sa confiance, à Dominique Hache, son directeur adjoint pour avoir initié ce projet, à Nicolas Wallart, responsable de l’action culturelle littérature et théâtre, pour son accompagnement, et à Gautier Dupont, responsable technique de l’Antre-2 pour son accueil et sa disponibilité.

Grâce François et Stéphane Zygart